Ecv 2009: Workshop pour la création de caractères

Après 2 jours octobre 2009, suivi de 2 autres jours en janvier 2010, un petit groupe d‘étudiants (6 étudiants) a suivi un de mes ateliers de création de caractères typographiques. Au départ les 2 fois 2 jours devaient être rapprochés, mais nous avons modifié le programme initial pour des raisons d’emploi du temps.

La première partie (fin octobre 2009) était consacrée à la découverte totale pour la majorité de la pratique de la calligraphie, suivi de dessin de lettres sur calque. Méthode qui a fait ses preuves par son efficacité depuis 1999. Dès l’après-midi du premier jour, des petits groupes ont été mis en place dans le but que les étudiants proposent des nouvelles formes typographiques issues de la structure calligraphique. La calligraphie est une base pour la structure mais peut évoluer selon la créativité des étudiants.

La deuxième partie (janvier 2010) a été consacrée la découverte de TypeTool. Des licences éducation ont été acquises par l’ECV spécifiquement pour ce workshop. Les étudiants ont donc numérisés leurs dessins, et finalisés en courbes de Bézier dans le but de produire une fonte incomplète mais suffisante pour leur permettre de créer quelques spécimens durant les deux dernières heures du workshop de l’ECV.

Depuis, les étudiants ont logiquement compris quelques bases de création de caractères, mais surtout ils perçoivent mieux les formes typographiques existantes, ce qui leur permet de choisir avec plus d’aisance les caractères typographiques adaptés à leurs projets graphiques. Le but d’un workshop de ce type n’est pas de former de futurs créateurs de caractères mais d’aider les futurs graphistes à la compréhension de la typographie omni-présente autour de nous (source de base présente dans les ordinateurs). En effet, un simple cours de typographie certes apporte beaucoup mais il lui manque cette dimension plastique de la matière typographique. Tous le disent (les étudiants ayant suivi un workshop), le dessin de caractères — partant de bonnes bases, pas en modifiant quelques empattements directement dans Illustrator sans comprendre — apprend à voir, et comprendre la typographie. L’utilisateur devient critique.

Après 2 heures de calligraphie, sélection des meilleures formes.

Quelques indications importantes: les bases, les proportions, attaques, finales, rapports de graisses, répartition des poids.

Quelques indications importantes: la calligraphie n’est pas une fin en soi, mais permet de comprendre la structure modulaire d’un caractère typographique.

Les meilleurs signes réunis pour agrandissement en début d’après-midi du premier jour.

Le lendemain matin, après synthèse des différentes options de design, finalisation des premiers signes.

Le lendemain matin, après synthèse des différentes options de design, finalisation des premiers signes.

Répartition des groupes (2-3 étudiants) selon la modularité des formes.

Le lendemain matin, après synthèse des différentes options de design, finalisation des premiers signes.

En fin d’après midi l’alphabet complet est finalisé sur calque.

Quelques capitales d’après des tracés calligraphiques simplifiés.

En janvier 2010, numérisation et dessin avec TypeTool.

Le groupe au travail.

En janvier 2010, numérisation et dessin avec TypeTool.

En janvier 2010, numérisation et dessin avec TypeTool.

Quelques signes après passage sur TypeTool.

Participants: Marine Château, Boon Lertvilai, Cécile Mirtin, Floriane Pic, Meredith Raab, Fabienne Schmit et Yue Wang (qui a quitté l‘école entre octobre et janvier).

Jean François Porchez, 21 February 2010

typographie, design, typofonderie, , , , ,