Monoprix: encore, encore

La campagne de l’hiver 2010-2011 était sans doute Monoprix. Ces jeux typographiques des packs aux annonces ont été bien accueillis dans le milieu du design de la pub, du graphisme, y compris moi. Même outre-manche, Creative Review saluait le retour du design français. Néanmoins, un truc m’a toujours dérangé au niveau de la composition typographique, même si le choix du caractère de chez Feliciano Type Foundry est pertinent. En effet, la gestion des blancs, approches, accents, graisses n’est pas optimum. Voyez par exemple comme c’est douloureux de voir cet accent dans Entières dépasser de son rectangle vert, alors que dans la ligne du dessous, le Pelées ne dépasse pas.

credit: gaduman.com - Non au junk design – Monoprix change ses packs

Pire encore, car selon les packs, la gestion des accents est aléatoire! Voyez cet autre pack de lait, qui pourtant est un des rares packs de distributeurs qui reste acceptable sur le plan de travail de la cuisine la plus design-déco qui soit (à condition que l’harmonie de couleurs fonctionne!) Manque de chance.

credit: gaduman.com - Non au junk design – Monoprix change ses packs

Lorsqu’on connait le temps passé à optimiser les visuels dans le packaging (les journées de corrections, les aller-retours avec le client…), depuis la simple illustration au shot photo ultra léché, pour plus de vie et de gourmandise c’est vraiment dommage de laisser la composition typographique à ce niveau.

Côté pub, les annonces étaient pas mal réalisées en cohérence, mais depuis ça part mal, car c’est en Arial… et super moche. Inconsistante du quotidien?

Un bon concept qui au résultat semble baclé. Sachant que l’investissement typo est économiquement super favorable, pourquoi ne pas passer un peu plus de temps sur ces compositions et le contenu des textes?

Il y a quelques années, une bonne composition typographique dans la pub française était possible, comme ces gros titrages de campagnes Banania. Comparez la gestion des approches (petite), des ponctuations (encore,) ou mieux la mise en place des accents sur les capitales (dévorées). Cette campagne Banania fut signée par Dominique Bonan et Pascal Manry. Voyez les autres campagnes de Dominique Bonan sur le site du Club des Directeurs artistiques: les accroches typographiques en plus d‘être bien senties, sont toujours bien composées.

Banania_Bonan2.jpg

Banania_Bonan.jpg

monoprix_accents.jpg

Alors, chez Monoprix, que s’est-il passé pour en arriver-là avec cette grande idée toute simple?

Jean François Porchez, 5 June 2011

typographie, design, typofonderie, ,