La typographie et ses évocations

Je crois que tout caractère typographique ne peut évoquer clairement quelque chose que lorsqu’il est associé à un contexte graphique: Une gamme de couleurs, une mise en page, une marque, un nom, une période historique (?), un sujet…

Partant de ce constat, il semble aussi évident de dire que le Futura est associé à l’Allemagne des années 30, que le Gill Sans à la Grande Bretagne des années 30, l’Antique Olive à la France des années 50-60, etc.

Par contre, des associations plus complexes sont difficiles: association à un mouvement politique. C’est pas le caractère lui-même qui peut-être associé directement à tel mouvement politique, mais son usage passé qui va nous faire associer visuellement ce caractère à ce mouvement politique. Ce caractère devient comme une marque, un logotype qui va renvoyer à un univers visuel dès qu’il est vu dans la ville.

Exemple: Il n’y a rien de nazi ni de hard rock etc. dans le dessin des Fraktures, c’est leur usage dans ces contextes qui renvoie depuis ce type de forme à ces associations.

Si toute marque devient luxe français lorsque composé dans un sanserif géométrique en capitales, c’est l’association visuelle (notre mémoire) à la force de communication de Chanel et autres depuis des années.

Jean François Porchez, 9 May 2011

typographie, design, typofonderie, , , , ,