Typos de graphistes?

Il me semble normal que les graphistes travaillent la chose typographique, c’est un processus logique, car dès l’arrivée du numérique la composition des textes n‘était plus l’affaire des boites de composition mais des graphistes qui ne savaient pas vraiment comment faire d’ailleurs. Peu à peu les graphistes ont compris et commençer à adorer la typographie, l’employer à tors et à travers puis enfin produire des boulots souvent fabuleux. Le web a fait le reste, car c’est un média ou le texte, sa structure est un des fondements.

Les créateurs de caractères (ma génération) il y a 10/20 ans se sont battus pour replacer la typographie dans le champ graphique quotidien, un outil comme un autre, plus sacré comme il l‘était dans les années 60/70. Notre message était de dire qu’il est possible de créer de nouvelles formes correspondant à un sujet particulier. Enfin, une nouvelle génération de profs de typos ont également rendu la typographie à sa juste place, un outil comme un autre du graphiste.

Il est donc logique de constater que de nos jours il y a beaucoup de ces lettrages, alphabets de graphistes. C’est très bien. Ces créations parfois imparfaites forçent les créateurs de caractères qui se disent professionnels, à un questionnement sur leur réel niveau de compétence. Car comme j’ai déjà dit, je pense pas du bien de ces caractères typographiques conçus par des professionnels créés en 24h (ils disent avoir travaillé en charette, c’est un cache misère). C’est pas sérieux et largement plus dangereux pour notre profession que ces typos de graphistes qui m‘étonnent tous les jours par leurs créativité.

(suite à une question sur le forum du typographe.com)

Jean François Porchez, 15 January 2009

typographie, design, typofonderie, , , , , , ,