3138 morceaux

Bons et méchants, gros contre petits.
Les “pirates” sont les petits, les gros sont ceux qui se remplissent les poches… hum. Les grosses boites sont forcément mauvaises, parce que plus grosses que toi. C’est une petite excuse qui ne tient pas la route 2 mns face au droit. Toute civilisation à besoin de lois, et qu’on les respectent, nous sommes les premiers à demander d’être respecté, respectons les autres, et si les lois ne nous conviennent pas, travaillons à les changer, militons dans des associations, ne faisont pas “justice” soit même. Vous aimez recevoir votre salaire à la fin du mois, posez vous la question de votre attitude, si votre patron, parce qu’il ne suit pas les règles du jeu, décidait de réduire votre salaire pour x raison.

Voir plus loin.
Il n’y a qu’un pas à faire sa révolution à 2 francs, collé devant son écran à télécharger des fichiers plutôt que regarder la soupe de tf1. Déprimant. La révolution du monde du logiciel a déjà eu lieu, voyez le nombre de stands sur Apple Expo, plein de petits, moins de gros. Nous n’en sommes pas là dans la musique, mais ça viendra, vente directe du créateur à l’utilisateur (merci le web), et là, dommage de pirater les gens qui rendent nos journées meilleures, remplie de la musique que l’on aime.

Evidence.
Les défenseurs “de la liberté” du p2p sont les mêmes qui dépensent certaines sommes dans leur connection internet, dans leur disques dur grand capacité (il faut bien stocker le produit de leur vol). Argent dépensé pour les support, et plus les contenus.

3138 morceaux;
Sur iTunes, j’ai 3138 morceaux, dont 3 pas acquis, 2 étant des remixes de DJ, le 3e pas trouvé ni cd ni morceau sur un store en ligne. Mon dernier achat sur ITMS c’était hier.

Mon expérience.
Ok, vous allez comprendre pourquoi ces discours me touchent. Je diffuse mes créations directement via mon site web, pas de la musique, mais des fontes, et je suis pas un “Gros poisson.” Alors, la vente de licence, c’est mon gagne pain, j’ai pas besoin de beaucoup pour vivre correctement mais de voir des Grosses agences de pub utiliser illégalement certaines de mes fontes, ça fout les boules. C’est amusant comme des fois, le problème peut se voir de différentes façons, “gros contre petits…”

Jean François Porchez, 22 March 2005

typographie, design, typofonderie,